Options de traitement de l'arthrite rhumatoïde

L’arthrite rhumatoïde est une condition articulaire qui peut affecter certains patients au niveau de leurs jointures, particulièrement les articulations des mains et des pieds. Ça va toucher environ 1 % de la population. On parle d’environ trois femmes pour un homme. C’est une condition qui peut arriver assez brusquement, souvent dans la vingtaine et la trentaine. Alors donc, les articulations vont être enflées, elles vont être douloureuses, elles vont même être gonflées et une sensation de raideur. Et ça va affecter surtout les mains et les pieds. Par contre, ça pourrait affecter aussi les poignets, les épaules, les genoux et même les chevilles.

Les patients qui souffrent d’arthrite rhumatoïde vont souvent aller à la pharmacie pour avoir un soulagement, et ce sera souvent les anti-inflammatoires non stéroïdiens qui vont être utilisés comme, par exemple, l’Ibuprofène qu’on connaît sous le nom d’Advil, ou encore le Naproxen. Ça peut effectivement vous soulager, mais le problème de ces agents-là, c’est qu’ils ne vont pas empêcher la progression de la maladie. Alors, c’est pour ça que c’est important de parler de votre condition à votre médecin de famille qui pourrait éventuellement vous référer à un rhumatologue.

Éventuellement, si vous rencontrez le médecin de famille et le rhumatologue, on va vous proposer des agents qu’on appelle « de rémission », des agents rémitifs. Parmi ces agents, on a le Methotrexate. Nous avons les antimalariens comme le Plaquenil. Nous avons aussi la Sulfasalazine et ainsi que le Léflunomide. Ce sont en général des agents qui sont oraux, donc qu’on prend par la bouche, mais qui peuvent prendre un certain temps à agir. Certains des médicaments, on va les prendre une fois par jour; d’autres, ça peut être une fois par semaine. Mais ce qu’il faut bien comprendre, c’est que ces agents vont prendre facilement un quatre, six et même huit semaines avant de commencer à faire effet. Alors, c’est pour ça qu’il ne faut pas se décourager. Et lorsqu’on aura atteint cette période de huit semaines, par exemple, le rhumatologue décidera si les médicaments étaient suffisamment efficaces pour vous et de s’en tenir à cette médication qu’il faudra prendre malheureusement pour une longue période de temps puisqu’on va contrôler la maladie, mais qu’on ne la guérira pas.